Le souffle

Cours de Yoga à domicile, cours de Yoga particulier.

Les Vedas (textes anciens -1300 à -900 av -JC) décrivent «L’homme évoluant entre terre et ciel, dans un espace emplit de souffle ». 

A l’image du monde, l’homme est lui-même animé par ce souffle qui est à l’origine de tout mouvement, toute vie.

Ainsi, tout ce qui est en mouvement est donc porteur, à plus ou moins haute fréquence, de Prana, d’énergie vitale.

Le parfum d’une fleur est Prana

 Les horizons balayés par les vents, la lumière du soleil, les arbres, les chutes d’eau, l’océan…

Pourquoi donc allons-nous au bord de la mer, en montagne ou en forêt nous ressourcer ?La vie se nourrit de la vie, nous nous nourrissons de souffle, de Prana, grâce à notre faculté de prendre, d’absorber…. Les cultures traditionnelles de tous les horizons nous ont laissé des textes, qu’il soit question de « Qi, de tchi » en Chine, de « Pneuma » chez les Grecs, de « Ka » chez les Egyptiens, de « Neshama » dans le Judaïsme…

Il est question dans ces cultures, de techniques pour absorber, conduire et concentrer cette force vitale dans les centres énergétiques les plus importants de notre corps.

Pour aborder ces pratiques, l’adepte développe ses perceptions et par là, la faculté de  focaliser sa conscience.

Qu’est-ce donc que la conscience ?

La conscience est « présence », une « attention sans tentions ».

On parle de témoin, d’une part de soi qui « observe », qui « voit » qui « sent ».

Cette conscience peut guider l’énergie vitale… le souffle.

Ainsi, si je suis consciente dans le même temps, de la sensation dans une partie de mon corps et, simultanément, de ma respiration,

je peux avoir la sensation que cette partie « respire ».

Le pratiquant exercé peut cultiver, conduire et concentrer son énergie là où il le souhaite, dans une optique de guérison, de longévité, voir d’immortalité ou encore, afin d’atteindre l’éveil spirituel.

La tradition du Yoga distingue 5 souffles « Vâyus » majeurs appelés :

 -Prana vayu, énergie de prendre, absorber, il siège dans le haut du corps, tête et poitrine.

-Apana vayu,corresponds au souffle expiré, à la faculté d’élimination,

localisé en bas du tronc et du corps.

-Vyanavayu,le souffle qui diffuse, qui fait circuler et distribue dans tout le corps.

– Udana vayu, le souffle ascendant, qui élève, la voix, l’expression, il siège dans la poitrine, la gorge, les bras.

– Samana vayu, le souffle qui rassemble, assimile, digère. Il est localisé au niveau du plexus solaire

Ces différents souffles circulent dans le corps à travers les canaux énergétiques appelés « Nadis » (rivières) par les indiens ou « méridiens » en médecine chinoise.

Dans ces canaux internes du corps (qui sont des milliers 72000 d’après les textes, des plus importants aux plus infimes), est véhiculé, le souffle de vie « Prana ».

La circulation du souffle dans ces « canaux » préserve le bon fonctionnement du corps et de ses organes, elle est en relation directe avec la vitalité.

Nous avons vu dans le chapitre précédent

les 5 différentes enveloppes ou « kosa » qui constituent un être humain, et nous savons qu’elles sont en interaction entre elles.

Rappelez-vous des 3 Kosas les plus grossières, la première : l’enveloppe de nourriture. La deuxième : celle du souffle ou de l’énergie. La troisième : celle de la pensée, des connaissances, des mémoires mais aussi celle des émotions.

Chacun de nous a fait l’expérience d’une perturbation émotionnelle et du ressenti physique et presque chimique qui s’ensuit dans le corps.

La perturbation passée, il peut rester une trace, une blessure, une mémoire….

Le souffle, les vâyus peuvent nous venir en aide pour nettoyer et régénérer les zones atteintes.

Laisser un commentaire

Fermer le menu